Posts tagged Nucléaire

Rio 92 Planeta Femea

Un film de K. Lefèvre et C. Ostyn, 1993, 35 min

A Rio, en juin 1992, alors que se tient le ’Sommet de la terre’, sous la tente de ’Planeta femea’, des femmes du monde entier discutent des questions omises par la conférence officielle, comme la militarisation, le nucléaire, le commerce mondial, et ébauchent des stratégies pour des alternatives souhaitables.
(suite…)

RAS : Nucléaire rien à signaler

Un film de Alain de Halleux, 2006, 58 min

Avec la crise pétrolière des années soixante-dix, la France puis l’Europe sont devenues la zone où se sont développés le plus de centrales nucléaires au monde. Durant ces trente dernières années un savoir-faire s’est imposé dans la gestion et la maintenance de ces sites, un savoir-faire aujourd’hui menacé par la sous-traitance et la réduction des coûts qui découlent de la privatisation du marché de l’énergie. Ces travailleurs du nucléaire qualifiés mis peu à peu de côté au profit d’une main d’oeuvre meilleur marché sonnent l’alarme. Du risque zéro imposé par les contraintes de cette nouvelle technologie énergétique, nous sommes passé depuis peu à un risque calculé ! La sécurité ne concerne pas seulement celles et ceux qui travaillent sur les sites même, elle concerne toute la population car le spectre de Tchernobyl règne…
(suite…)

Récits de Fukushima

Une série de 8 films de Alain de Halleux, 2012, 60 min

recits de fukushima

« Crêperie Bretonne », c’est écrit sur la devanture de ce petit établissement à Sasazuka, un quartier de Tokyo calme et résidentiel. David est Breton. Avec sa femme Eiko, cela fait 5 ans qu’ils travaillent dur pour développer leur affaire. Et ça commençait à bien marcher. Mais ils ont pris une décision très lourde : partir du Japon. Leur fille Yuna a quatre ans. Eiko et David ne veulent pas jouer à la roulette russe.

Si le problème n’était que la radiation, cela serait encore gérable. Tokyo n’est pas Fukushima. Certes certains quartiers sont contaminés, mais la plupart sont sains. Ce qui les a vraiment décidé à tout abandonner c’est surtout la façon dont le gouvernement gère la situation. Les produits alimentaires sont mal tracés. On parle de répartir de façon « équitable » les déchets de la centrale et des travaux de décontamination un peu partout au Japon, y compris dans la baie de Tokyo. Le pays ne semble pas avoir compris que la cinquantaine d’autres réacteurs sont autant de dangers potentiels.

En 2007, suite à un tremblement de terre, la centrale de Kashiwazaki-Kariwa avait déjà fait trembler le Japon. Des fuites importantes de liquide radioactif avaient polluées la mer. Eiko m’a fort éclairé sur le « politiquement correct » au Japon. Il est si difficile dans cette culture d’exprimer des opinions qui vont à l’encontre de celle qui domine. On passe alors très vite pour un traître ou un rebelle. Peut-être cet accident est-il l’occasion pour les Japonais de prendre conscience que chacun se forge son destin, que chacun doit marquer l’Histoire de sa petite pierre en cherchant à élaborer son propre rapport au monde, mais cela ne vaut-il pas également pour nous.
(suite…)

Essais nucléaires, un héritage sans fin

Un film de Thierry Derouet, 2012, 52 min

Entre 1966 et 1996, 193 expérimentations aériennes et sous terraines ont eu lieu sur les atolls de Moruroa et Fangataufa. Début 2011, un rapport du Commissariat à l’Energie Atomique (CEA) laissait entendre un possible effondrement de la partie nord-est de Moruroa, libérant des centaines de kilos de résidus hautement radioactifs.

 

S’ensuivrait aussi un tsunami qui atteindrait en moins 10 mn l’atoll de Tureia, distant d’une centaine de kilomètres. Depuis, les 220 habitants vivent dans l’angoisse.

(suite…)

Go to Top