Les apprentis sorciers du climat

Un film de Pierre-Oscar LEVY, 2015, 83 min

Vincent-Shaefer-copyright

Pour stopper le réchauffement de la planète, des scientifiques proposent de modifier le climat. Une enquête remarquable sur une alternative inquiétante à la diminution d’émissions de CO2.Stimuler le plancton, repeindre les toits en blanc, envoyer des miroirs dans l’espace… : des lubies ? Non, la géo-ingénierie. Ces techniques plus ou moins fantaisiste, visent à modifier le climat afin d’enrayer le réchauffement de la planète. Longtemps, les scientifiques se sont refusé à mentionner ce plan B parce qu’ils pensaient qu’il détournerait le monde politique du plan A (limiter les émissions de gaz à effet de serre). Autrefois décrié, il opère aujourd’hui un retour en force.

Les recherches les plus avancées se proposent d’imiter l’effet des éruptions volcaniques en pulvérisant des particules refroidissantes dans la stratosphère. Pour l’instant, ces expériences restent confinées en laboratoire. Mais jusqu’à quand ? Aux États-Unis, la géo-ingénierie séduit les milieux conservateurs, ceux-là mêmes qui nient le lien entre le réchauffement climatique et l’activité humaine. Cette solution présente, il est vrai, des avantages : elle évite de se mettre les industries polluantes à dos, d’imposer de nouvelles taxes, de changer nos modes de vie, et crée du business. Mais des scientifiques prédisent des effets dévastateurs en cascade : augmentation des pluies, suppression de la mousson, désertification…

Course à l’arme météorologique

Ce documentaire réunit de nombreux experts, partisans ou critiques à l’égard de la manipulation du climat : scientifiques, journalistes, lobbyistes, historiens, “géo-ingénieurs”, exposant placidement des projets qui font froid dans le dos… À l’aide d’un riche fonds d’archives, le film se penche sur l’histoire ahurissante de ces techniques qui ont pris leur essor durant la course à l’armement de la guerre froide, brossant au passage le portrait d’Edward Teller, qui a inspiré le docteur Folamour de Stanley Kubrick. Ce dernier pensait, notamment, régler le problème de la sécheresse californienne par une explosion nucléaire…

(suite…)

Ma petite planète chérie

Un film de Jacques-Rémy GIRERD, 2010, 44 min

Jacques-Rémy GIRERD : “Les questions liées aux conséquences des activités humaines sur la nature sont traitées habituellement en négatif dans les médias : pollutions, dérèglements climatiques, espèces en voie de disparition, déchets exponentiels, raréfaction de l’eau, santé… Pas facile d’appréhender l’avenir de façon optimiste !

Avec “Ma petite planète chérie”, j’aborde la protection de notre environnement d’une autre façon, avec humour et poésie, au travers d’histoires courtes pleines de charme. Le film distille des messages légers, positifs tout en invitant le public, et notamment les jeunes, à réduire leur impact écologique. Le changement de nos comportements ne passe-t-il pas par nos enfants ?

Depuis largement avant le Grenelle de l’Environnement, “Ma petite planète chérie” trace le chemin de l’écoresponsabilité. Elle apporte sa petite pierre au débat universel pour la sauvegarde de notre bien le plus cher. Aujourd’hui le cinéma lui offre une nouvelle résonance, joyeuse, positive et pleine de promesses.

Une chanson revient, les enfants la retiennent vite, la chantent gaiement, tous ensemble. Les salles se transforment en réjouissantes chorales improvisées. C’est unique ! Jubilatoire ! La vie est à son comble, j’en redemande.

(suite…)

Le Sacrifice

Un film de Wladimir TCHERTKOFF & Emanuela ANDREOLI, 23 min

Son titre : « Le Sacrifice ». Il dure 23 minutes. Il est affecté en son début de commentaires en partie erronés qui sonnent comme un avatar de la propagande de guerre du gouvernement soviétique à savoir de donner à croire que le sacrifice des hommes était urgent et nécessaire pour éviter une monstrueuse explosion atomique secondaire. Je me suis toujours insurgé contre cette interprétation sans queue ni tête sur le plan scientifique visant à exonérer les responsables de leur décision de remettre en service la centrale le plus rapidement possible, ce qui supposait, par manque de matériel adéquat, de tout faire à la main. Les réacteur 1 et 2 ont été remis en service dès décembre 1986 et le N° 3, adjacent au bloc 4 détruit, à la fin de l’année 1987. Des records absolus !
 

Programmation 2017


26 octobre 2017 à 20hVILLENEUVE D’ASCQ (59)
Projection suivie d’un débat

Avec la participation de Yves LENOIR (Enfants de Tchernobyl Belarus).

Plus d’infos…

It Has Been

Un film de Yves LENOIR & Michel HUGOT, 15 min

Compilation de 5 petits films de propagande à la gloire de l’URSS et de ses peuples victorieux de la bataille de Tchernobyl.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Programmation 2017


26 octobre 2017 à 20hVILLENEUVE D’ASCQ (59)
Projection suivie d’un débat

Avec la participation de Yves LENOIR (Enfants de Tchernobyl Belarus).

Plus d’infos…

Bientôt dans vos assiettes (de gré ou de force…)

Un film de Paul MOREIRA, 2014, 90 min

Une chance sur deux pour que la côtelette de porc dans nos assiettes vienne d’une bête nourrie au soja transgénique. Pourquoi aucun éleveur, aucun magasin, aucun importateur de nourriture animale n’accepte d’en dire un mot ? Que craint-on ? Un nouveau scandale alimentaire ? Dans les élevages du Danemark, des centaines de bêtes meurent de maladies gastriques aux causes inconnues. Là bas, les bêtes sont nourries à 100 % aux OGM. Certains fermiers mettent en cause le combo transgénique : soja OGM+herbicide glyphosate.
Les OGM ont commencé à prendre l’agriculture il y a quinze ans. En Argentine, toute l’agriculture est transgénique et fonctionne avec l’herbicide glyphosate. Mais nous avons découvert qu’après quinze ans, il ne fonctionne plus. Les mauvaises herbes se sont adaptées, ont muté. Les agriculteurs rajoutent des produits chimiques dangereux de manière indiscriminée et incontrôlée, tout près des maisons. Dans certaines zones, le taux d’enfants avec des déformations génétiques graves a explosé.
Comment, l’agriculture transgénique a-t-elle conquis presque toute la planète ? Le gouvernement américain s’est littéralement mis au service de l’industrie transgénique, a exercé des pressions, amicales ou plus musclées, pour que les OGM puissent s’imposer partout. Nous avons pu reconstituer certains épisodes de cette offensive secrète du soft power pro-transgénique.
Seule la France et quelques pays européens résistent encore un peu. Pour combien de temps ? Les négociations autour du TTIP-TAFTA pourraient remettre en cause le principe de précaution et imposer les ogm chez nous.

(suite…)

Comment j’ai détesté les maths

Un film d’Olivier PEYON, 2011, 99 min

Comment les mathématiques ont-elles envahi le monde ? Des États-Unis à la France en passant par l’Inde, une plongée fascinante dans les coulisses de ce vaste champ scientifique, aux côtés de ses plus illustres représentants.
“Le mathématicien – c’est une sorte de lieu commun –, c’est celui qui n’a pas d’imagination, dont la pensée dessèche le cœur”, lance Jean Dhombres, historien des mathématiques. Pour un grand nombre de personnes, la discipline, comme ceux qui la pratiquent, représentent en effet un authentique cauchemar. D’où vient ce désamour ? Pourquoi les maths ne font-elles pas plus d’émules à l’heure où elles régissent le monde, à travers les algorithmes des Google, Apple et autre Goldman Sachs ? De l’Institut d’Oberwolfach, en Allemagne, aux universités américaines, du 26e Congrès international des mathématiques, en Inde, à un lycée nantais où un enseignant haut en couleur multiplie les images pour transmettre son savoir, Olivier Peyon questionne la place grandissante de cette science dans la société.
Avec, en vedette, l’excentrique Cédric Villani, médaille Fields en 2010, ce documentaire nous entraîne aux quatre coins de la planète pour tenter d’analyser cette montée en puissance, mais aussi ses dérives, durement illustrées par la crise financière de 2008. Un panorama aussi dense que limpide, éclairé par de nombreuses interviews avec les plus grands représentants de la discipline, qui livrent des réflexions passionnantes sur la créativité, l’éthique, les méthodes éducatives, l’avenir de la science…

(suite…)

Irrintzina

Un film de Sandra BLONDEL & Pascal HENNEQUIN, 2017, 102 min

Irrintzina, le cri de la génération climat raconte l’émergence du mouvement pour la justice climatique Alternatiba.

C’est l’histoire d’un pari fou lancé par quelques militant.e.s depuis Bayonne afin de lancer une mobilisation sans précédent en France pour la COP 21 et au-delà.

De Bayonne à Paris, en passant par les routes de France et d’Europe, le film retrace une année et demie d’engagement pour faire connaître les alternatives au dérèglement climatique et de lutte par des actions directes non violentes contre les banques et les multinationales des énergies fossiles.

Irrintzina, c’est un cri d’alarme pour éviter le chaos climatique mais c’est aussi un cri de joie poussé par des centaines de militant.e.s déterminé.e.s qui ont réalisé que si, ensemble, ils et elles ne faisaient rien, personne ne le ferait à leur place.

(suite…)

Page 3 sur 6012345102030Dernière page »
Go to Top